Pages

Faudel - My Country / Mon Pays

Faudel - My Country

I don't know this sun
that burns the endless dunes
I don't know other land
Except the one who gave me a hand
And if one day I leave from here
And I cross the desert
To go to see where my life comes from
In which streets my father used to play
I, who was born near Paris
Under all this wind, all this rain
I will never forget my country
never my country           

And if tomorow, like today
I need to go around the world
To sing my desires
And travel for years
I, who was born so close to here
Even if I leave my friends
I will never forget my country


Too many memories carved
From the schoolyard and from summers
Too much love to forget
That I was born here
Too much time abandonned
On the benches of my ghetto
Too many friends to forget
that this is here I was born
that this is here I was born

I don't know this perfume
of mint and burning sand
But only spindrifts
under the rolling waves of the ocean
And you, you think I'm a little dark skin
for these streets lined with meadows
A little too white, color of Euphrat
For these poems that I learnt
You're the only one I forget
As the star, faithful to the night
I will never forget my country
Never my country

Too many memories carved
From the schoolyard and summers
Too much love to forget
That I was born here
Too much time abandonned
On the benches of my ghetto
Too many friends to forget
that this is here I was born
that this is here I was born

And like you I'm waiting for the rain
to tell it all my sorrows
Like you, I smile at it
When it falls above the field
When it falls above the field

Too many memories carved
From the schoolyard and summers
Too much love to forget
That I was born here
Too much time abandonned
On the benches of my ghetto
Too many friends to forget
that this is here I was born
that this is here I was born


Faudel - Mon Pays

Je n’connais pas ce soleil
Qui brûle les dunes sans fin
Je n’connais pas d’autre terre
Que celle qui m’a tendu la main
Et si un jour je pars d’ici
Que je traverse le désert
Pour aller voir d’où vient ma vie
Dans quelles rues jouait mon père
Moi qui suis né près de Paris
Sous tout ce vent, toute cette pluie
Je n’oublierai jamais mon pays
Jamais mon pays

Et si demain, comme aujourd’hui
Je dois faire le tour de la terre
Pour chanter au monde mes envies
Voyager des années entières
Moi qui suis né tout près d’ici
Même si je quitte mes amis
Je n’oublierai jamais mon pays

Trop de souvenirs gravés
De cours d’écoles et d’étés
Trop d’amour pour oublier
Que c’est ici que je suis né
Trop de temps abandonné
Sur les bancs de ma cité
Trop d’amis pour oublier
Que c’est ici que je suis né
Que c’est ici que je suis né

Je n’connais pas ce parfum
De menthe et de sable brûlant
Mais seulement les embruns
Sous les rouleaux de l’océan
Et toi qui me trouves un peu mat
Pour ces rues bordées de prairies
Un peu trop blanc, couleur d’Euphrate
Pour ces poèmes que j’ai appris
Tu es bien le seul que j’oublie
Telle l’étoile, fidèle à la nuit
Je n’oublierai jamais mon pays
Jamais mon pays

Trop de souvenirs gravés
De cours d’écoles et d’étés
Trop d’amour pour oublier
Que c’est ici que je suis né
Trop de temps abandonné
Sur les bancs de ma cité
Trop d’amis pour oublier
Que c’est ici que je suis né
Que c’est ici que je suis né

Et comme toi j’attends la pluie
Pour lui dire toutes mes peines
Tout comme toi je lui souris
Quand elle tombe sur la plaine
Quand elle tombe sur la plaine

Trop de souvenirs gravés
De cours d’écoles et d’étés
Trop d’amour pour oublier
Que c’est ici que je suis né
Trop de temps abandonné
Sur les bancs de ma cité
Trop d’amis pour oublier
Que c’est ici que je suis né
Que c’est ici que je suis né

Trop de souvenirs gravés
De cours d’écoles et d’étés
Trop d’amour pour oublier
Que c’est ici que je suis né
Trop de temps abandonné
Sur les bancs de ma cité
Trop d’amis pour oublier
Que c’est ici que je suis né